Je ferais ma Cosette et vous conterais peu

L'histoire qui m'a am'né un beau jour dans ces lieux.

Fille d'ouvriers, émigrés et de France

Je rêvais de danser comme le bon roi danse

Ma culture s'arrêtait au sortir de l'école

Et encore mes parents avaient d'autres idoles.

Ecume mes jours Eclabousse ma vie

Il fallait de l'argent, seul cela nous comptait

Et moi, c'était les livres qui me nourrissaient.

J'ai connu les quartiers , et fragile,  et le soir

Ou les jeunes nourrissaient leurs beaux rêves de gloire.

Trop souvent de dealers en voleurs se changeaient

Ces pt'tis jeunes de quartiers, délinquants devenaient.

 

Cambriole les espoirs de pauv'gosses la justice

On oublie bien souvent que de rêves ils existent.

 

Le destin bien sympa m'a sorti des quartiers

Et donné les moyens de pouvoir m'cultiver

De Rostand, à Molière en passant par Diderot

J'ai appris l'art de plaire en lisant Marivaux.

 

Revêtant un costume de servante pour un soir

J'entonnais de plein coeur la chanson de la gloire.

Vous voyez je connais les quartiers et les gosses

Ceux qui traînent dangereux dans un coin comme des rosses,

Ils attendent et épient bien souvent les plus faibles

Pour en faire des victimes, des erreurs du système.

 

J'ai appris mon métier au départ sur le tas

Et enfin quelques pros sont venus jusqu'à moi

Ce métier , je l'adore, je compte le pratiquer

Et si je passe chez vous, c'est pour mieux le donner.

Quelque soit notre époque et sa révolution

Puisqu'on vit celle-ci prenons donc position.

 

Qu'attendent-ils de nous, les exclus de la vie

Des moyens d'être acteur et preneur de leur vie.

L'objectif qui m'importe est de collaborer

A toutes les entreprises venant des pauv' quartiers.

Mettre en place des projets qui permettent d'avancer

De créer des moments ou l'on peut partager

Nos idées, nos projets et notre destinée.

 

Fait en 1999,